Un savoir-faire essentiel pour une vie ancrée dans la nature, que les lutins découvrent dès leur plus tendre enfance.

Suivons, pour cette introduction, le grand Mage des Cordages !

Un cordage est composé de deux ou plusieurs torons, chaque toron comprenant un ou plusieurs brins.
Photo : un cordage à 2 torons (points blancs) de 5 brins (points noirs).

Le cordage le plus simple a deux torons d’un seul brin, liés au démarrage par un nœud tenu par la main gauche (pour un droitier). On répète :
- Rotation du toron haut (1)
- Inversion des torons par une rotation de sens inverse (2).
- Blocage du bas avec la main gauche (point noir) et du haut avec la main droite (point blanc).

Les lutins débutants cherchent le secret de la régularité des cordages, sans lequel un toron tourne autour de l’autre … Cherche toi aussi !
La réponse se lit de droite à gauche : « seuqitnedi ertê tneviod snorot sed noisnet al te noisrot aL  ».

Pour arrêter le cordage ? Un simple nœud et on coupe (trait noir).

Et pour démarrer sans nœud ? Un toron (1) subira une rotation (2) jusqu’à ce qu’il forme une boucle (3), qui remplacera le nœud de démarrage.

Tout ça fonctionne même avec des brins plats.

Pour un cordage à plusieurs torons de plusieurs brins, on applique les mêmes principes. Voici un tressage à 3 torons de 5 brins de feuilles de phormium refendues (vert : phormium vert ; jaune : phormium vert fané ; rouge : phormium pourpre fané).

Tout ça fonctionne aussi avec des brins de taille différentes, en nombre indéterminé dans chaque toron.

Le jour du « Défi des feuilles », les lutins vont tenter de tresser le cordage le plus long possible avec une seule feuille ! Il va donc falloir faire des raccords ... en superposant la fin d’un brin (jaune sur la photo) et le début d’un autre (rouge sur la photo) sur quelques tours de tresse. Les deux brins sont ensuite coupés au raz de la tresse (traits noirs).

Lorsque les torons sont composés d’un nombre indéterminé de brins de taille variable, on remplacera, par exemple, un gros brin par deux petits brins.

Mais comment est habillé le grand Mage des Cordages ? Un cordage en phormium à trois torons (un rouge, un vert, un jaune, nombre de brins indéterminé) habille son corps. En haut et en bas, chaque toron se divise en deux, on obtient deux cordages formés chacun par trois demi-torons (1/2 vert, 1/2 jaune, 1/2 rouge), qui habillent ses bras et ses jambes.

En vidéo, la fabrication primitive de cordages en orties, depuis la récolte


youtube, 7mn27