Idéal pour débuter la cuisson de poteries, car la petite taille des perles limite les risques de casse !

Photo : Perles et pendentifs en terre cuite
Pictogramme temps

5-10 mn par perle, hors temps de cuisson.

Pictogramme temps

Argile.

Pictogramme temps

Une paille (ou une mèche métallique) et de quoi faire un bon feu.
Facultatif : un tamis, un récipient résistant au feu, un couteau, …

Comment faire de petits objets en terre cuite ?

Commencer par un modelage approximatif à la main. Laisser sécher un peu, puis retoucher la forme pendant le début du séchage jusqu'à obtention la forme souhaitée.

Lisser avec les doigts ou avec un couteau, et éventuellement donner du relief en appliquant un tiss, une feuille, une tresse végétale, …

Avant que ce soit trop dur, percer les trous avec une paille ou une mèche métallique (à la main).

Faire du feu dans un poêle à bois, ou à l'extérieur, et placer les objets près du feu pour bien les sécher.

Plusieurs techniques de cuisson sont possibles. Le plus simple est de placer les objets au milieu du feu, ou sur les braises. Les teintes seront variables. Attention : une fois le feu terminé, attendre le refroidissement complet avant de prendre les objets !
Photo : perle avec sa paille de percement sur les braises, et zoom sur la perle cuite.

Test : mettre les objets dans l’eau pendant une nuit. S’ils sont bien cuits, il ne se déliteront pas. Sinon, la prochaine cuisson devra être plus forte et/ou plus longue.

Autre technique, la cuisson sans oxygène. Enfermer les objets au milieu de végétaux verts, ou de sciure. Les objets seront noirs.
Sur les photos, des aiguilles de pin sont entassées autour d’un tube en carton dans une petite boite métallique (1). Le tube ensuite remplacé par un empilement de petits morceaux d’aiguilles de pin (au fond, non visible), une bille (2), et de petits morceaux d’aiguilles de pin (3). Le couvercle ferme la boite (4). On obtient une bille noire (5).

Au contraire, la cuisson avec excès d’oxygène ne donnera pas les teintes gris/noir liées à l’absence d’oxygène. Ici les objets sont posés sur le fond d‘un récipient qui est mis mis sur les braises.

La teinte finale sera celle de la terre cuite, qui évidemment dépend de la terre.

Une technique plus aléatoire à l’échelle domestique consiste à peindre les objets avant la fin du séchage avec une boue fine additionnée de poudres fines : cendres, argile surfine (obtenue par décantations successives, on obtient plus de finesse au fil des décantations), coulées jaune-orange de lavage de terre contenant du fer, etc. Tous les essais sont permis !
Sur la photo, l’image de fond montre les coulées de lavage qui ont servi à peindre la feuille rose (avant cuisson), et la feuille jaune (après cuisson).

Avantages

  • Risque de casse assez limité
  • On peut obtenir des teintes étonnantes.

Limites

  • La couleur finale est difficile à prévoir, et même totalement imprévisible lorsqu’on applique des boues sur la surface avant cuisson !
  • Les objets obtenus sont souvent fragiles.
Ensuite, essaye les petits pots !